coups de coeur du forum

Déclaration de Besançon

issue de la session 6-3 du Forum transfrontalier arc jurassien DU 24 OCTOBRE 2013

LA COMMUNICATION TRANSFRONTALIÈRE
VERS UNE COMMUNICATION DES INSTITUTIONS EN DIRECTION DES CITOYENS

QUESTIONS

  • Les citoyens participent-ils à l’effort transfrontalier ?
  • Par quelles voies les Institutions publiques communiquent-elles avec et en direction
    de leurs citoyens ?

VUE D’ENSEMBLE

L’indifférence des citoyens est préoccupante, alors que les Institutionnels comme la Confédération estiment précisément prioritaire la vie quotidienne et de proximité en Europe. Cette indifférence est corroborée par le faible retour des Questionnaires (33 %) La communication des pouvoirs publics en direction du citoyen de l’Arc jurassien comtois et suisse référençant des informations relatives au pays voisin est un archipel d’intentions, d’actions et de supports disloqués. La diversité est totale: inexistante, zéro choix, choix aléatoires, thèmes liés à l’actualité, rubriques dédiées, fenêtres d’ouverture réciproque. Il n’existe pas de constante dans la mobilisation de ces informations.

La thématique n’est pas d’actualité: le thème n’a aucun impact pour certains, n’a pas été débattu encore pour d’autres, il est estimé faible pour les citoyens, disputé parfois (pourquoi pénaliser le marché intérieur ?). Les liens d’Institution à Institution apparaissent peu évidents, exceptionnelle est la production conjointe de deux Institutions comtoises et suisses.

Il n’y a aucune systématique thématique, les dossiers apparaissent accidentellement et de façon aléatoire (économie, environnement, tourisme, culture, sport, santé, jumelage, projets Interreg et transports, thème le plus fréquent).

Les supports varient: flyers, magazines, pages dédiées, cahiers communs, sites liés; aucun corpus systématique ne lie ces divers supports.

Cependant des fenêtres de communication apparaissent: la communication est en construction active et affichée par binômes culturels de certains sites, en déclaration déterminée parfois, très active ailleurs, par une volonté des élus d’alimenter toujours plus ce lien et de créer une démarche participative, par la volonté des populations de découvrir des terres voisines, par l’augmentation systématique et en appui des échanges culturels et sociaux, malgré la fatigue au long terme, le manque de temps et de moyens mis à disposition des acteurs transfrontaliers, malgré la masse d’informations à traiter. Des fenêtres de communication transfrontière apparaissent alors comme des loupes pour un projet de nature à créer un sentiment de communauté de destin.

Et les initiatives de coopération ne manquent pas: des binômes ont d’ores et déjà émergé, des kits de communication sont élaborés, la transition est envisagée d’une perspective endogène à une perspective exogène, des bistrots républicains sont mis en place, Internet est le moyen estimé le plus efficient, des Parlements de Jeunes sont profilés, les échanges culturels sont en nette progression tout au long de la frontière (Evidanse, les Jardins musicaux à Cernier et à Arc-et-Senans, les Marchés de Sainte-Croix – Les Fourgs).

Un outil de communication transfrontière est à inventer, qui sache combiner l’action transfrontalière et sa communication, tout en informant simplement sur le voisin international, sorte de relais opérationnel pour les acteurs institutionnels, qui sache gérer ce monde de flux dans lequel on est entré et ainsi irriguer l’ensemble des communications de l’esprit transfrontalier.

Car la communication vers les citoyens est la clé de voûte du projet transfrontalier.

 

LA COMMUNICATION EN DIRECTION DES CITOYENS EST LA CLÉ DE VOÛTE DU PROJET TRANSFRONTALIER

La session 6-3 du Forum transfrontalier arc jurassien aura précisément été consacrée à l’information des citoyens par les acteurs institutionnels de l’Arc jurassien, thème du Cycle.

Cette analyse a été initiée au printemps 2013 par un questionnaire écrit des Collectivités territoriales comtoises et suisses. A l’automne, le jeudi 24 octobre 2013, à Besançon, le Forum transfrontalier a débattu du thème avec les représentants invités de ces Collectivités.

Le questionnaire et les réponses obtenues ont formé la trame et le support de cette première vue d’ensemble, ainsi que des lignes de forces proposées en la Déclaration de Besançon qui suit, nouveau volet d’ouverture transfrontalière:

DÉCLARATION

  • A la suite de son étude conduite au printemps 2013 auprès des Services de communication d’une trentaine d’Institutions publiques de l’Arc jurassien comtois et suisse
  • Réuni à Besançon le 24 octobre 2013, à la CCI, en session plénière consacrée à la communication transfrontalière des Services de communication des Institutions en direction des citoyens, et après débat des diverses Institutions présentes

Le FORUM TRANSFRONTALIER arc jurassien soumet à l’opinion, aux pouvoirs publics, à la presse, les lignes de force suivantes:


THÈSE 1
VERS UN SENTIMENT D’APPARTENANCE COMMUNE
La communication transfrontalière est au coeur de la création d’un sentiment d’appartenance commune de part et d’autre de la frontière. L’écart entre l’effort transfrontalier des Institutions et l’impact sur le public, souvent indifférent, est dénoncé par plusieurs Collectivités locales.

  • Un effort de communication prioritaire est à engager de la part des Collectivités locales vers les citoyens

THÈSE 2
VERS UN EFFORT DE VISIBILITÉ
La communication institutionnelle de l’Arc jurassien comtois et suisse est un archipel d’intentions, d’actions et de supports disloqués. Cette dispersion de l’action de communication transfrontalière est pénalisante pour l’Arc jurassien.

  • Un effort cartographique de visibilité et de mise en cohérence des actions de communication est demandé aux Services de communication des Institutions

THÈSE 3
VERS UNE INTENSIFICATION DE LA COMMUNICATION
L’enquête du Forum transfrontalier révèle une action de communication transfrontalière
faible, très en retrait des intentions émises par les Autorités faîtières de l’Arc jurassien
comtois et suisse. Une sorte de déclic s’est imposé à Besançon

  • Une intensification de la communication transfrontalière est souhaitée sur effort conjoint des autorités faîtières de l’arc jurassien et des collectivités locales

THÈSE 4
VERS UNE COMMUNICATION PARTENARIALE
Des stratégies de communication innovante et de synergie franco-suisse sont initiées par quelques Collectivités locales

  • Les Autorités faîtières sont invitées à valoriser les stratégies innovantes et partenariales franco-suisses

THÈSE 5
VERS UNE ACTION CONCERTÉE
Les Collectivités locales ne sont-elles pas trop seules en regard de l’effort de communication transfrontalière ?

  • Le développement est postulé d’une politique d’incitation à une communication transfrontalière suivie et plus systématique de l’ensemble des collectivités publiques comtoises et suisses de l’arc jurassien. la mise en place d’une grille des supports de communication existants de part et d’autre de la frontière pourrait être un premier pas intéressant.

+ télécharger le pdf de la déclaration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.