Créer les conditions d’une interconnaissance autour de l’aménagement dans l’Arc jurassien

Dans sa stratégie 2016-2020 éditée il y a maintenant près de cinq ans, la Conférence Transjurassienne proposait de « Promouvoir une vision intégrée des territoires ». Il s’agit en effet là d’un attendu majeur dans le développement des territoires transfrontaliers afin de permettre une nécessaire coordination des regards et des actions d’aménagement qui vont conditionner la vie des habitants. Cependant, il n’est pas de vision sans données et informations, et particulièrement dans le cas présent, sans possibilité de confronter des règles d’aménagement du territoire différentes.

Le projet ARC-AD porté par l’INSIT de la HEIG-VD et le Laboratoire ThéMA de l’Université de Franche-Comté vient combler un vide dans ce domaine. Se basant sur une large enquête de terrain ainsi qu’un ensemble de Focus Groupes regroupant techniciens et politiques français et suisses, les porteurs de projets livrent en mars 2020 une plateforme qui recense les outils de planification, d’aménagement, de prescription qui organisent l’Arc jurassien suisse et français. L’apport majeur de cet outil est de permettre de créer une interconnaissance, et partant, de mieux comprendre dans quelle mesure un projet d’aménagement d’un côté de la frontière, va impacter les dynamiques de l’autre côté, et surtout quels documents vont permettre d’en gérer les effets. En outre l’outil permet rapidement de trouver des contacts à tous niveaux d’échelles, mais aussi de comprendre la logique de l’articulation des différents documents de part et d’autre de la frontière.

C’est un outil précieux qui peux rapprocher les techniciens et politiques et peut-être, c’est ainsi que nous l’envisageons, créer une véritable intelligence territoriale… pour ne plus dire « c’est trop compliqué, on n’arrive pas à trouver les informations » ou encore « on ne comprend rien au système voisin… ».

Alexandre MOINE, Président du Forum Transfrontalier Arc jurassien
Besançon, le 8 mars 2020