Manifeste: à saute-frontière

illustration_frontiere

Un élan transfrontalier spectaculaire

L’effort transfrontalier de l’Arc jurassien est trop souvent perçu et réduit à ses mouvements de travailleurs frontaliers, et à leur impact positif et négatif. Ce co-développement est très important, mais il ne résume pas l’élan transfrontalier mis en lumière par le Forum transfrontalier de Porrentruy à la Vallée de Joux, au cours de l’année 2015-2016.

Adoptant une démarche scientifique, le Forum transfrontalier a lancé une vaste enquête auprès des porteurs de projets transfrontaliers de proximité. 70 coopérations de proximité ont été recensées et la moitié ont été analysées dans le cadre d’entretiens, donnant lieu à une restitution en cinq sessions publiques tenues aux Brenets, à Porrentruy, à Sainte-Croix, au Sentier, ainsi qu’à Villers-le-Lac. Plusieurs milliers de Francs-Comtois et Suisses de l’Arc jurassien se rencontrent ainsi une ou plusieurs fois par année, sur la frontière, à propos de la frontière, autour de la frontière. Leurs initiatives, au départ, ne sont pas transfrontalières pour la plupart et le deviennent tout naturellement par la suite. Cela démontre pratiquement et concrètement que l’engagement citoyen pour une cause près de la frontière crée cette curiosité transfrontalière, ce « vivre ensemble ».

Dix constats éclairent ce mouvement, autant d’indicateurs d’un élan inattendu :

  • L’élan est souvent bénévole, spontané, il surprend
  • L’élan est massif, personne n’avait perçu son ampleur jusqu’ici
  • L’élan est récent, il date d’une dizaine d’années pour les deux-tiers des coopérations recensées
  • L’élan est inégal, plus important au Nord de l’Arc jurassien qu’au Sud
  • La vitalité culturelle prime, de celles qui sont de nature à faire changer les mentalités
  • Nombreux sont les lieux de mémoire historique, principalement sous la forme d’itinéraires ou de circuits
  • La diversité des formes d’actions est un indicateur de la force du mouvement, la coopération transfrontalière ainsi révélée en est vivifiée
  • La coopération associative est plus durable lorsqu’elle est soutenue politiquement et financièrement et qu’elle s’ajuste aux particularités des quatre aires de coopération de l’Arc jurassien
  • Plus d’une fois, la dynamique de coopération externe crée des structures de coordination opérationnelle interne

En résumé, l’élan associatif démontre une vitalité surprenante.
La frontière s’affirme comme lieu attractif, et comme ressource de développement.

Un élan transfrontalier à accompagner

L’essor bénévole et associatif mis en lumière en 2015-16 par le Forum transfrontalier exige une mise en lumière publique. L’ensemble des coopérations de proximité transfrontalières de l’Arc jurassien franco-suisse recensées est désormais en ligne, ouvertes à vos compléments et commentaires. + accéder au fiches

Cette mise en visibilité est une première démarche. Mais, au-delà de cet accompagnement, un intérêt, un soutien et un appui doivent être engagés. Ainsi, au sortir de la session conclusive de Villers-le-Lac et de nature à enrichir le champ de la coopération transfrontalière de l’Arc jurassien franc-comtois et suisse, sept axes de développement sont postulés et adressés à ses Autorités politiques responsables, transfrontalières, françaises, suisses, à la presse, ainsi qu’à l’opinion publique.

 


  • RECOMMANDATION 1
    Les coopérations transfrontalières de proximité seront reconnues politiquement
    La coopération est multiforme, et si les grands projets sont structurants, les petits projets de proximité soutiennent très fortement le rapprochement des populations et le développement d’un sentiment d’appartenance commune à un territoire transfrontalier.

  • RECOMMANDATION 2
    Les coopérations transfrontalières de proximité seront soutenues financièrement
    Il devrait être mis en place un fond spécifique dédié aux coopérations de proximité, qui soit simplifié et permette un accès facilité à des sommes permettant d’asseoir la coopération de proximité

  • RECOMMANDATION 3
    La diversité des coopérations transfrontalières de proximité sera prise en compte
    Toutes les thématiques doivent être reconnues et prises en compte, leur diversité est source de développement

  • RECOMMANDATION 4
    Des couloirs francs, temporaires, seront mis en place
    Les coopérations de proximité sous-entendent des déplacements de personnes et de matériels sur de courtes distances qu’il s’agit de faciliter au maximum en levant temporairement les obligations douanières

  • RECOMMANDATION 5
    Les spécificités des quatre aires de coopération de l’Arc jurassien seront valorisées
    Les thématiques et les formes de coopérations de proximité sont variables suivant les aires de coopérations, il faut prendre en compte ces spécificités et les soutenir

  • RECOMMANDATION 6
    Le dynamisme des coopérations de proximité sera exploité en termes touristiques et économiques
    Un certain nombre de coopérations spontanées peuvent et doivent être soutenues et valorisées de manière économique dans un cadre touristique

  • RECOMMANDATION 7
    Les coopérations de proximité seront documentées et analysées en continu
    L’enquête le montre, le mouvement est très varié, il évolue sans cesse, aussi faut-il mettre en place une veille qui permette l’actualisation permanente des données décrivant les coopérations de proximité

+ Recensement des 70 coopérations transfrontalières

 

Besançon, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, le 28 septembre 2016
Alexandre Moine
Porteur du projet
Jacques-André Tschoumy
Porteur du projet
Marcel Schiess
Responsable éditorial