Archives pour la catégorie Cycle 10 – A l’œuvre

Le monde est UN, qu’il s’agisse du rêve ou de la vie courante. Un plasma et un magma. Les frontières n’existent que pour les cœurs timides, mesquins et pauvres.

Cendrars n’emploie jamais le mot « frontière », il dit longitude, latitude. Il s’informe du climat, de la nature du sol, de la nourriture..

Blaise Cendrars, Henry Miller, 1951 (extrait)

  • le collectif ch présente MAIS LA DANSE DU PAYSAGE _ Performance vidéosonique au Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds, 04.01.2015

Voir la vidéo, durée 22’44 : http://www.suchmu.ch/maisladansedupaysage/


Henry Miller

Blaise Cendrars

Présentation de Frédéric-Jacques Temple. Dessins d’Olivier Jung.

Cendrars est le minerai brut dont sont faits les métaux les plus rares. Il peut proférer les plus abominables mensonges et demeurer absolument véridique. (…) Dans tous ses livres, Cendrars apparaît comme un homme qui, après s’être penché sur le sol, se relève, serrant, dans sa bonne main gauche, une poignée de terre. Et dans tous ses livres, il nous étreint, semble-t-il, de son bras mutilé où le sang court toujours, rouge et chaud.

Après un sommeil de plus de soixante ans, voici, comme neuf, l’hymne jubilant qu’Henry Miller a consacré en 1951 à Blaise Cendrars, pour lui exprimer son affectueuse admiration. C’était également une façon de le remercier d’avoir été le premier à saluer Tropique du Cancer, en janvier 1935, dans la revue Orbes. Cet hommage à Cendrars («l’homme que j’ai estimé le plus»), exubérant comme un écrit d’adolescent, et d’une orgueilleuse humilité, Henry Miller l’avait annoncé à son ami en 1950 dans une lettre en français : «Je me suis laissé aller à une rhapsodie ou louanges sans restreinte sur vous ou vos œuvres». Quand Cendrars reçut le livre, il exprima son émotion et ajouta : «Moi, ce qui me réjouit, c’est de me trouver avec vous sous la même couverture, comme si l’on faisait une bonne blague aux copains». Frédéric-Jacques Temple, ami de Cendrars et de Miller, évoque brièvement cette amitié en préface.

2013 ‒ 80 pages ‒ 14 x 22 cm ‒ ISBN 978.2.85194.883.0

  • 500 exemplaires sur vélin de La Chaux-de-Fonds.
    € 14.- chez Fata Morgana / CHF 23.80 chez PAYOT lien sur www.payot.ch

ana göldin présente au cube 6.3 dans les vitrines d’ALTERRAPY à La Chaux-de-Fonds à partir du 20 juin 2019 et jusqu’au 4 avril 2020

…il nous est impossible de nous isoler, d’isoler nos relations et notre communication de la rationalité instrumentale qui est celle du capital et des médias. Elle nous a déjà enveloppés, contaminés. S’il existe une possibilité de rédemption éthique, elle ne peut se construire qu’à l’intérieur du système.

in: Multitude : guerre et démocratie à l’âge de l’empire / Michael Hardt et Antonio Negri
Paris, Éd. La Découverte, 2004, 407 p.

Border-crossing / traverser les frontières - LA REGIONALE 17, Kunsthalle Basel, 3 janvier 2020 – photo M. Schiess

Appel aux artistes

Une nouvelle GALERIE ouverte sur le monde, un espace d’expression dédié aux créateurs et créatrices : photographes, vidéastes, illustrateurs. trices, plasticiens. ciennes, auteurs. es, sans limite géographique et sans limite d’âge.

THÈME : Effets frontière, la représentation et l’interprétation du rôle de la frontière. Frontière nationale, physique, naturelle, matérielle et immatérielle, symbolique, frontière au sens de la limite/des limites..

  • Plus philosophiquement, la frontière est cet immatériel qui sépare chacun de l’autre. Pourtant, entre le je et le tu, il y a l’immense champ du nous. Le territoire de la frontière n’est autre que cet entre. Ce territoire nous appartient.
  • Dans les mains de l’artiste, la ligne est cet instrument séparateur immatériel : « non a in sè materia o sustantia alcuna » (Leonardo), car « dans la nature, la ligne n’existe pas » (Cézanne). Contour, elle est au service de la séparation entre figure et fond ; lance, elle est séparateur pur de l’espace pictural.
  • L’entre-nous est agissant, la ligne est créatrice. Cette dynamique, ce processus, cet effet nous semble pouvoir être au centre de notre réflexion sur la frontière.

+ lire la suite

Première contribution artistique

Ana Göldin, photographe, vidéaste, performeuse, chroniqueuse, La Chaux-de-Fonds (Suisse)

Crédit illustration :  Tattoo Parlor Laurent